Carottage mur

Détection des pathologies du bâtiment et carottage des murs

Les structures d’ouvrages en béton sont conçues pour résister au temps. Elles ne sont toutefois pas à l’abri de dégradations liées à des conditions physico-chimiques particulières. Zoom sur les techniques de détection des pathologies du béton.

Carottage mur exemple

Démarches préliminaires

Comparé aux autres matériaux structurels comme la brique ou l’acier, le béton reste le plus résistant et efficace. Renforcé avec des tiges métalliques, le béton gagne davantage en performance. Ce matériau peut néanmoins subir des dégradations au fil des années comme la corrosion des armatures, l’attaque des chlorures ou la carbonatation. Ces différentes pathologies de béton nécessitent des traitements adaptés afin de réduire les risques de dégradation des structures bétonnées. Pour y parvenir, il convient de faire appel à des professionnels pour réaliser un diagnostic précis de l’état du bâtiment. Ces derniers donnent ensuite leur pronostic et proposent des traitements adéquats à la situation.

Étapes obligatoires pour détecter les pathologies du béton

Plusieurs étapes comme le carottage de mur sont nécessaires pour détecter les pathologies du bâtiment en commençant par une descente sur terrain. Cela permet aux techniciens d’étudier les documents d’archives comme le cadastre ou le permis de construire pour déterminer l’évolution de l’ouvrage existant. Après cette première étape, les professionnels dressent un programme d’expertise pour proposer les travaux à entreprendre. Grâce à une étude in situ, il est possible d’étudier efficacement l’état des lieux et des matériaux. L’étape suivante consiste à prélever des échantillons de béton dans le sol et dans les murs de l’ouvrage au moyen du procédé de carottage de mur.

Principe de la technique de carottage

Comme son nom l’indique, le carottage consiste à prélever des échantillons de béton ayant la forme d’une carotte dans les structures d’un ouvrage comme les murs ou les dalles sur sol. Ce procédé permet d’identifier facilement les pathologies du béton sans avoir à démolir complètement les structures. Parmi les différentes formes de carottages, le carottage de mur est l’un des plus faciles à réaliser. Les techniciens utilisent des outils spéciaux pour percer les murs afin d’obtenir quelques échantillons de béton. Ces derniers sont par la suite envoyés au laboratoire pour être étudiés et analysés.

Le carottage de mur et ses utilités

Les différentes pathologies de béton attaquent le plus souvent les murs et les dalles sur sol. Certaines pathologies comme la corrosion des armatures sont visibles à l’extérieur de la structure de l’ouvrage, d’autres se cachent à l’intérieur du béton comme la carbonatation ou l’attaque des chlorures. Pour détecter ces dernières, l’idéal est de procéder au carottage de mur ou au carottage des sols selon l’état des lieux. Le carottage de mur permet également d’effectuer plusieurs travaux. Avec cette technique, il est facile de creuser les murs pour recevoir des tirants d’ancrage pour renforcer les structures en béton par exemple.

Autres atouts du carottage d’un mur

Outre le prélèvement d’échantillons et le renforcement des structures bétonnées, le carottage de mur est une technique efficace et pratique pour créer des conduites d’aération dans un bâtiment existant. Dans de nombreux cas, le carottage de mur est utilisé pour faire passer des fibres optiques, des câbles électriques ou autres câbles permettant de relier les différents appareils de télécommunication d’un ménage. D’ailleurs, cette technique de forage utilise des outils perfectionnés et silencieux.