Savoir-Faire

Le Béton

Renforcements traditionnels

Pour conforter des structures béton là où l’étaiement est difficile et les démolitions et reconstitutions de béton sont délicates, RENOFORS étudie et met en œuvre des systèmes métalliques de frettage de poteaux, de corbeaux… reprenant les efforts tranchant aux appuis de poutres, ainsi que des ajouts d’armatures logés dans des engravures pratiquées dans le béton.

beton

Renforcements par plats et tissus carbone

Les techniques de plats et tissus carbone collés sur des structures béton se sont développées ces dernières années pour apporter des renforcements efficaces, légers et de faible épaisseur pour des reprises d’efforts aux encastrements, en compléments d’aciers en partie tendue des poutres, dalles et tabliers, ainsi qu’en frettage de poteaux.

RENOFORS applique ces produits faisant l’objet d’un avis technique CSTB à l’issue d’une vérification scrupuleuse des descentes de charges et un calcul détaillé de la solution de renforcement par son bureau d’étude.

A chaque fois que nécessaire, ces techniques de renfort font l’objet d’une étude spécifique suivie de la mise en place de systèmes de protection assurant la stabilité au feu pour assurer la pérennité des collages.

beton

Renforcements et création à l’aide de BFUHP

Lorsque les bétons traditionnels n’offrent pas une durabilité suffisante dans des environnements chimiquement agressifs, ou que des solutions classiques de confortement de structures en béton se révèlent trop volumineuses, RENOFORS dimensionne et met en œuvre des renforts en Bétons Fibrés à Ultra Hautes Performances.

Renofors peut aussi étudier et mettre en œuvre tous projets spécifiques d’utilisation architecturale et/ou structurelle de ce type de béton.


Protection des armatures du béton

Pathologies de corrosion des armatures

beton

L’équipe d’ingénierie de RENOFORS intègre des ingénieurs matériaux de génie civil disposant d’une expérience scientifique et des méthodes, de chantier, lui permettant de préconiser les tests à conduire sur le matériau béton pour diagnostiquer les origines de la corrosion des armatures d’un ouvrage.

Cette expertise lui permet de répondre par des méthodes novatrices aux problématiques de traitement du phénomène électrochimique qu’est la corrosion.

Prescription d’essais de laboratoire à conduire pour caractériser :

  • les grandeurs mécaniques du béton et de ses armatures (résistance, élasticité)
  • les grandeurs associées à sa durabilité (niveau d’exposition et classe d’environnement du béton - porosité AFREM, perméabilité à l’eau/au gaz - pollution par les chlorures – gonflements ASR et/ou sulfatiques)
  • la densité et la position des ferraillages (étude pachométrique) associées à une cartographie des potentiels de corrosion de l’ouvrage.
  • Prescription d’études de la minéralogie des pâtes de ciment et des granulats (nature et proportions) pour identifier la composition du béton durci (taux de ciment, rapport e/c, présence de laitiers ou pouzzolanes, de granulats réactifs ou de granulats pour béton lourds).

  • Définition des essais pour la mesure de la résistivité du béton

  • Critères d’audit des laboratoires aptes à mener ces analyses

  • Rédaction de la synthèse scientifique des interprétations des mesures précitées

Les 2 origines principales de la corrosion des armatures

Traitements traditionnels

Comme toute entreprise de restauration génie-civil, bâtiment, RENOFORS sait mettre en œuvre les principes usuels de purge, ragréage et passivation des aciers des structures béton présentant des épaufrures et des éclatements.
Pour des bétons carbonatés présentant de faibles enrobages et/ou une porosité facilement accessible, l’usage complémentaire d’un inhibiteur de corrosion peut être envisagé.

Cependant les équipes de RENOFORS n’évalueront la pertinence de ces réparations traditionnelles qu’à l’issue d’un diagnostic permettant de déterminer l’origine des désordres et si la corrosion est un phénomène local ou au contraire généralisé dans l’ouvrage, auquel cas des traitements électrochimiques devraient être considérés.
De fait une corrosion partiellement diagnostiquée suivie de réparations ponctuelles des épaufrures, qui sont généralement des sites anodiques, peut se traduire par un déplacement de ces zones anodiques un peu plus loin le long des armatures en propageant à nouveau la corrosion.

Ce phénomène de zones anodiques induites conduit rapidement à de nouveaux éclatements de béton à proximité immédiate des patchs de ragréage.

beton

Traitements électrochimiques de la corrosion

Protection Galvanique

RENOFORS dimensionne et installe des systèmes de protection en mode galvanique des armatures du béton contre la corrosion par anodes galvaniques.

Lorsque nécessaire, ces anodes peuvent être temporairement commutées en mode courant imposé pour accélérer les échanges ioniques afin de déchlorurer ou ioniser le béton au voisinage immédiat des armatures.

Fonctionnant sur un principe identique aux anodes sacrificielles sur les coques acier des bateaux, ces anodes sont positionnées dans des mini-carottages pratiqués dans le béton à proximité des armatures puis recouvertes d’un enduit de résistivité contrôlée.

Installées à vie dans l’ouvrage, elles délivrent un courant galvanique de protection lorsque la corrosion est active. Elles agissent également comme pôles collecteurs de chlorures.

Zinc projeté

RENOFORS expérimente des techniques de projection de Zinc sur des structures béton pour offrir une protection galvanique uniformément répartie aux armatures. Complémentaires aux systèmes d’anodes galvaniques, ces procédés semblent prometteurs pour traiter de grandes surfaces.

Protection cathodique à courant imposé

RENOFORS installe des systèmes de protection cathodique par courants faibles imposés à l’ouvrage pour protéger les armatures du béton dans les milieux chlorés ou fortement humides.
Il peut s’agir d’anodes ponctuelles titane insérées dans le béton, ou de filets ou de rubans anodiques marouflés dans un enduit de résistivité contrôlée apposé sur le béton.
Les armatures du béton sont protégées par le déplacement du potentiel de corrosion induit par le courant de protection cathodique délivré entre aciers et anodes.

beton

Traitement Novbéton : Réalcalinisation / Traitement de Déchloruration

Le Procédé Breveté RENOFORS-NOVBETON® permet par les phénomènes conjugués d’hydrolyse et d’électro-osmose de ré-augmenter le pH du béton carbonaté au voisinage des armatures, les repositionnant ainsi dans un milieu passivant.

Ce procédé électrochimique à courant imposé entre les armatures du béton et un cataplasme anodique apposé temporairement en surface de l’ouvrage permet de traiter les zones sujettes à la corrosion des aciers en l’espace d’une quinzaine de jours. L’aspect originel du parement de l’ouvrage n’est pas affecté par cette méthode de traitement, la rendant, entre autre, particulièrement adaptée aux ouvrages de type Monuments Historiques. Une méthode dérivée de ce procédé permet de dépolluer le béton des chlorures néfastes aux armatures en les piégeant dans le cataplasme électrolytique sous l’effet de la polarité des courants de traitement.

beton

Application du Procédé NOVBETON

1-Préparation

beton
  • Vérification de la continuité éléctrique des armatures par ohmmètre, création de ponts électriques.
  • Purge des bétons non adhérents.

2-Traitement

beton
  • Pose d ‘un treillis soudé, sur l’extérieur de l’ouvrage, en habillage des parties carbonatées à traiter et connexions des raccords électriques sur celui-ci.
  • Projection d’un flocage de pâte à papier sur ce treillis. Cette couche de quelques centimètres servira de réservoir pour l’électrolyte et sera réhumidifiée périodiquement.
  • Raccordement des câblages aux différents borniers d’alimentation électrique. Mise sous tension selon des critères précis et un contrôle quotidien des paramètres.

3-Contrôle du résultat

  • Des carottages après traitement, suivis d’un test à la phénolphtaléine, permettent de vérifier sur quelle épaisseur de béton on constate que la réalcalinisation a réaugmenté le pH.

4-Finitions

beton

Traitements chimiques de la corrosion

Inhibiteur de corrosion

Suivant le degré de porosité du béton et le caractère plus ou moins structurel de l’élément à traiter, RENOFORS peut mettre en œuvre des inhibiteurs de corrosion. Le traitement par inhibiteur de corrosion a pour but de créer un film d’oxydes stables en surface des armatures. Le type d’inhibiteur et la méthode d’application sont définis après diagnostic de la pathologie du béton. Des méthodes d’application de l’inhibiteur par l’intermédiaire d’un gel porteur permettent d’assurer des profondeurs de pénétration de l’inhibiteur dans le béton plus importantes en mobilisant, les mécanismes d’absorption capillaire sur une durée de traitement accrue jusqu’à ce que le gel soit ensuite éliminé par lavage du parement.

beton

Sommaire du Béton

Des références Béton

Visuel Zoom N°5 Sur Binche
NOVBETON® au secours des façades en béton armé du triage-lavoir à charbon de Binche (Belgique).

Les Procédés RENOFORS décrits dans la présente documentation sont protégés par des Brevets internationaux, dont RENOFORS est concepteur et applicateur.
L'ensemble des techniques mises en oeuvre par nos équipes se réfère à des cahiers des charges propres à l'entreprise, ou font l'objet d'avis techniques.